Avis synthétique de l’Association Un Centre Ville pour Tous sur le volet « Habitat » du projet de PLUi en vue de l’enquête publique ouverte du 14 janvier au 2 mars 2019

Les événements tragiques de la Rue d’Aubagne ont mis en évidence les conditions dans lesquelles vivent de nombreux foyers, faute de logements décents et aux loyers abordables. Or le futur PLH et projet de PLUi, dans le format actuel, ne donnent pas de réponse à cette nécessité impérieuse.

Les événements tragiques de la Rue d’Aubagne, survenus à Noailles le 5 Novembre 2018 ont mis en évidence les conséquences d’une politique municipale d’abandon de certains quartiers et les conditions dans lesquelles vivent de nombreux foyers dans des logements privés insalubres ou dangereux, faute de logements décents et aux loyers abordables.

Le refus délibéré de la municipalité de produire du logement social en centre ville et dans les quartiers sud, a renforcé la ségrégation Nord/Sud de la ville.
Le manque criant de logements sociaux dans les quartiers centraux alimente directement le marché de l’habitat insalubre, dont les évacuations récentes de 1 900 personnes rappellent l’ampleur. Ces personnes mais aussi tous ceux qui n’ont pas signalé leur situation de mal-logement doivent pouvoir trouver une solution décente de logement ce qui passe nécessairement par une politique de construction de logements locatifs sociaux.
C’est aujourd’hui une évidence incontournable que les pouvoirs publics ne pourront plus ignorer.

Or le futur PLH et projet de PLUi, dans le format actuel, ne donnent pas de réponse à cette nécessité impérieuse.

Premièrement, aucun emplacement réservé n’est prévu pour le logement social sur le territoire de Marseille. Ces emplacements réservés permettent cependant à la collectivité de planifier la construction de logements sociaux et d’anticiper les besoins en foncier.

Concernant Marseille, le PLUi ne fait aucune mention du nécessaire rééquilibrage territorial de la production de logements sociaux, qui figure pourtant au rang des recommandations fournies par l’Etat au titre du « porter à connaissance » et aux prescriptions du Schéma de Cohérence territoriale en vigueur.

Une seule règle générale s’applique : les projets de plus de 100 logements se verront imposer un taux de logement social de 30%. Cette règle générale est aisément contournable en diminuant légèrement la taille des opérations ou en les compartimentant.

Bien que le document promette des mesures de mixité sociale au sein des OAP - Orientations d’Aménagement Programmée, censées déterminer plus finement les enjeux à l’échelle du quartier - aucune OAP ne concerne le centre-ville.

C’est pourquoi notre association appelle à un large débat public sur ce projet de PLUi , afin que les habitants et associations pèsent pour que la Commission d’Enquête publique se prononce pour que ce projet soit révisé.

Vous pouvez faire part au commissaire enquêteur de votre avis à cette adresse ou en vous rendant aux permanences.

Registre dématérialisé et horaires des permanences
https://www.registre-numerique.fr/plui-pda-marseille-provence/deposer-son-observation

Vous trouverez les éléments d’explication de la Métropole sur leur site :
http://www.marseille-provence.fr/index.php/un-clic/plan-local-d-urbanisme-intercommunal

Accès à notre avis complet ICI


Plan du site Contact Espace rédacteurs squelette puce RSS

2018-2019 © Un centre ville pour tous ! - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.26